Main | La guerre au laser, c’est pour bientôt »

À propos de 250 impacts de plomb

En plein 13 heures de France Inter, ce dimanche 15 mars, la formule me fait sursauter : «250 impacts de plomb». À l’issue d’une guéguerre entre policiers et «jeunes», «on» aurait tiré au fusil de chasse sur la porte du commissariat de Montgeron (Essone). Et l’on tient à nous fournir cette précision chiffrée : 250 impacts de plomb ont été relevés. Ce détail qui tue a été ressassé un peu partout.
Chaque mot compte, dans ce métier qu’est le journalisme et je vois mal pourquoi les nombres feraient exception. Que veut dire ce «250» ? Quelle image mentale impose-t-il ? Il ne serait pas en train d’insinuer comme un interminable tac-tac-tac-tac-tac ? De nous signifier quelque chose comme : «dingue, il a été littéralement mitraillé, ce commissariat !».

Je ne suis pas le moins du monde chasseur, mais j’ai tout de même une vague idée de ce qu’est une cartouche, j’ai même une image en tête, celle d’un tube rempli de poudre, d’un truc appelé «bourre», et de… plombs. Au pluriel. Des petits plombs, des moyens, des gros, c’est selon… le gibier visé. Et figurez-vous que plus les plombs sont petits, plus il y en a. Combien au juste ? Aïe, pas de chasseur à enquiquiner le dimanche dans mon carnet d’adresse.

Google m’aide à comprendre qu’une cartouche assez ordinaire contient 32 grammes de plomb. Sur le web, j’apprends encore que les grains de plomb ont typiquement un diamètre de 4,25 mm (plomb n° 0) à 1,25 mm (n° 12). Les valeurs les plus courantes étant le numéro 5 (3 mm de diamètre) et le n° 6 (2,75mm). Premier prix chez Décathlon : 7,20 € la boîte de 25.

Et puis je tombe sur cette phrase, dans Wikipedia : «Une cartouche moyenne contient 200 à 300 billes de plomb…». Fichtre ! Ce commissariat aurait en fait essuyé une rafale d’une seule cartouche de fusil de chasse ? Par prudence, je cherche encore, je trouve d’autres chiffres, assez concordants.

Pour en avoir le cœur net, je calcule : le volume d’une sphère, c’est ∏D3/6, densité du plomb = 11,34… Et j’arrive à cette conclusion qu’une banale cartouche de 32 grammes peut effectivement contenir plus de 250 grains de plomb numéro 6.

Il semble donc que, tout occupés à colporter ce «250 impacts», bien des médias aient oublié de nous signaler qu’une seule cartouche suffisait à expliquer ce résultat. On vous dit «250», en fait c’est (sans doute) UN coup de feu : n’y aurait-il pas là comme un fâcheux glissement sémantique ?

Il y a pire. Au delà du faux sens, de l’effet impressionniste engendré par ce facteur 250, il y a carrément un contresens. Car si le mitrailleur de commissariat avait été très, très prudent, il aurait pu avoir l’idée de choisir un plomb vraiment très fin. Du numéro 10, par exemple, et alors c’est plus de 1000 impacts que l’on aurait relevé. Or, 1000 plombs numéro 10 sont moins dangereux que 250 en n° 6. Alors qu’à l’inverse, une cartouche chargée de «seulement» une centaine de plombs numéro 2 représente un danger infiniment plus grand. Demandez aux sangliers.

Soyons clair : je ne me prononce nullement sur les intentions des confrères qui ont inconsidérément joué avec ce «250». Je penche même plutôt pour un effet de ce que j’appelle le «journalisme non-scientifique». En France (mais pas seulement, je crains), un journaliste tout court est typiquement un «littéraire». Et notre système éducatif est ainsi fait qu’un littéraire est souvent allergique aux nombres, plus généralement au quantitatif. C’est un souci, à mon avis. Mais la profession en a d’autres.

Posted on lun. 16 mars 2009 by Registered CommenterPierre Vandeginste in | Comments37 Comments

PrintView Printer Friendly Version

EmailEmail Article to Friend

Reader Comments (37)

Très belle démonstration ! :-)

lun. 16/03/09 10:54 | Unregistered CommenterGeoffrey Dorne

Effectivement, belle démonstration! Je m'inquiète aussi du terme "jeune" employé dans chaque reportage depuis quelques années... Désormais, ce mot est péjoratif. "Il y a beaucoup de jeunes dans ce quartier" indique immédiatement au télévisionneur moyen que le taux de délinquance est élevé. Mais un jeune est un jeune, et un délinquant est un délinquant.

lun. 16/03/09 12:15 | Unregistered CommenterKevin

Bonjour Kevin. Absolument d'accord.

lun. 16/03/09 12:31 | Registered CommenterPierre Vandeginste

Je vous recommande l'ouvrage suivant :
Petit cours d'autodéfense intellectuelle
-> de Normand Baillargeon

lun. 16/03/09 12:53 | Unregistered Commenterseb

Merci pour le tuyau. Je ne connais de Baillargeon que sa préface de Propaganda, de Edward Bernays, que je recommande également, pour un éclairage historique sur l'invention de la "com".

lun. 16/03/09 13:12 | Registered CommenterPierre Vandeginste

C'est un fait : les journalistes ne savent pas compter, ni même vérifier les informations qu'ils véhiculent, car mine de rien, ce que tu as fait, c'est un travail de documentation que tout journaliste se devrait de faire avant de véhiculer une information douteuse...

lun. 16/03/09 13:59 | Unregistered CommenterMartin

@Martin
D'accord sur le fond, mais à propos de "savoir compter"… évitons les généralités à propos "des journalistes" : ils ne sont pas, nous ne sommes pas, des clones.

lun. 16/03/09 14:03 | Registered CommenterPierre Vandeginste

Bon décryptage!

Notre consoeur Anne Rohou qui écrit un petit article sur l'incident dans Le Monde de ce soir t'avait-elle lu? Elle indique le chiffre de 150 pour le nombre d'impacts et cite un peu plus loin le commissaire d'Etampes :"Les gardiens de la paix ont entendu une détonation. Quand ils sont sortis, il n'y avait plus personne". Une détonation, donc une seule cartouche.

Mais comme elle précise aussi qu'il s'agissait de calibre 12, je me demande où sont passés tous les autres plombs (plus de deux mille si je suis ton calcul). Peut-être existe-t-il des cartouches "allégées" en plomb?

lun. 16/03/09 17:35 | Unregistered CommenterLuc Allemand, La Recherche

@Luc
Le calibre, rien à voir avec le plomb, c'est celui de la cartouche. Il faut donc avoir la douille pour le connaître…
Et pour simplifier, il existe des cartouches de calibre 12 de différentes longueurs, avec des charges en plomb plus ou moins lourdes… 
Tout cela indépendamment de la taille des grains… Simple, non ?
Il faut que je trouve ce papier dont tu parles.

lun. 16/03/09 17:49 | Registered CommenterPierre Vandeginste

Bravo et merci pour cet excellent travail de documentation.

PS: Je ne trouve pas de fil RSS pour les commentaires de ton blog...

lun. 16/03/09 18:47 | Unregistered CommenterFrançois Granger

@François
Merci pour le bravo et le merci.
À vue de nez, le rss des commentaires, ça doit être :
http://aietech.com/leblog/rss-comments.xml

lun. 16/03/09 18:58 | Registered CommenterPierre Vandeginste

En effet, bien joué, les journalistes n'ont aucune notion en balistique et cette précision amusante ("une rafale d'une cartouche", j'adooooore !). Récemment encore, dans l'affaire du corbeau qui écrit aux ministres et au Président, la presse a parlé de balle (le projectile), et non de cartouche (le projectile + la douille).

lun. 16/03/09 20:03 | Unregistered Commenter[Enikao]

N'oublions pas quand meme que si ce "glissement sémentique" cache qu'il n'y a eu qu'un seul tire, 250 plombs peuvent faire plusieurs victimes en une seule salve

mar. 17/03/09 11:20 | Unregistered CommenterMatteo

Ah ah, l'enquête implacable d'un journaliste scientifique !!!
C'est tout à votre honneur de vouloir faire la lumière sur ces "250 impacts", mais sachez que l'on chasse le sanglier plutôt avec des balles qu'avec des plombs !

mer. 18/03/09 10:23 | Unregistered CommenterGR

@GR
« …sachez que l'on chasse le sanglier plutôt avec des balles… »

« Plutôt », en effet. Mais mon but n'était pas de vulgariser la chasse. Je prenais l'exemple du numéro 2 pour faire une comparaison parlante. Mais j'ai cru comprendre que l'on ne chasse pas - plus - grand chose avec du n° 2. Le chevreuil aurait été un moins mauvais choix, ou alors l'oie ;-? Dites-moi.

mer. 18/03/09 13:55 | Registered CommenterPierre Vandeginste

Cause d’intoxication des milieux et des espèces, la grenaille de plomb utilisée dans les cartouches de chasse est dorénavant interdite pour la chasse dans les zones humides.
Cette mise en conformité avec l’accord international sur la conservation des oiseaux migrateurs (AEWA), qui recommandait la suppression du plomb de chasse, a été laborieuse...
Voir http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=2281

Il semblerait donc que le plomb soit interdit pour la chasse aux volatiles en zone humide, en attendant de l'être totalement.

Question : l'eau est-elle le seul liquide à prendre en compte pour définir l'humidité d'une zone ?

jeu. 19/03/09 08:34 | Unregistered CommenterJohn

Le mot « jeunes » est une abréviation de jeunes de banlieue, politically correct pour jeunes arabes, synonyme de jeunes délinquants.

Écrire « jeune » au lieu de « jeune délinquant arabe de banlieue » est une économie de bande passante louable en temps de crise.

jeu. 19/03/09 08:41 | Unregistered CommenterJohn

Un peu comme islamiste qui est devenu l'abréviation pour intégriste islamique.
En ces temps de crises, l'expression "deux poids, deux mesures" a de quoi être toujours un peu plus d'actualité malheureusement...

jeu. 19/03/09 19:23 | Unregistered CommenterJdk

Ma première expérience des blogs est une vraie réussite. J'adore cet échange d'informations. J'ai toujours pris pas mal de distance par rapport à l'information véhiculée dans la presse, parce que beaucoup de journalistes semblent effectivement accorder peu de temps à la vérification de ce qu'ils rapportent. C'est potentiellement dangereux, parce que certaines personnes répètent sans réfléchir ce qu'elles entendent et en blessent d'autres croyant véhiculer la vérité. C'est probablement symptomatique de notre époque où tout doit être de plus en plus rapide, en ce compris la communication et l'information. Pourtant je me souviens avoir appris qu'il faillait toujours "tourner 7 fois sa langue dans sa bouche"...

ven. 20/03/09 17:22 | Unregistered CommenterBribied

@Jdk
Totalement d'accord avec vous. L'existence du mot "islamiste" dans la langue française est une tache. Surtout qu'il y a pire : "islamisme".
On n'a jamais songé à dire "catholicisme" pour désigner les thèses de Mgr Lefebvre, on dit "intégrisme catholique". De même "protestantisme", "judaïsme", "bouddhisme", "taoïsme", "shintoïsme"… désignent une religion et non sa variante intégriste. On ne retrouve nulle part ce suffixe "isme" pour dire "intégrisme", sauf à propos de l'islam. C'est proprement incroyable.

ven. 20/03/09 18:30 | Registered CommenterPierre Vandeginste

PostPost a New Comment

Enter your information below to add a new comment.
Author Email (optional):
Author URL (optional):
Post:
 
Some HTML allowed: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>