« La « vache fistulée » et meuh… | Main | Leçon de (petit) chose »

Voiture électrique : EEStor fait plus fort que la meilleure batterie ?

La voiture électrique n’en finit pas d’arriver. Ça coince au niveau de la batterie. Les meilleures disponibles, « au lithium », sont trop chères, trop encombrantes. Leur prix permet d’envisager de superbes bolides de luxe comme la Tesla Roadster, qui promet le 100 Km/h départ arrêté en moins de quatre secondes. Mais pour la voiture de Monsieur (et Madame) Tout-le-monde, on attend de nouvelles variétés de batteries, moins chères et plus compactes.

En plus, même les meilleures batteries ont deux gros inconvénients. Primo elles supportent un nombre réduit de « cycles ». L’ordre de grandeur est le millier. Cela signifie qu’après avoir été chargée et déchargée mille fois environ, après mille « pleins », une batterie est bonne pour le recyclage. Ce qui en fait un coûteux consommable, plutôt qu’un réservoir. Secundo, ces batteries ont un temps de charge long : de l’ordre de l’heure, cinq minutes au mieux. Et les charges partielles abrègent leur existence.

Il y a un troisième petit défaut à signaler : elles sont lentes au démarrage. Quand on appuie sur le champignon, une batterie est incapable de fournir instantanément tous les ampères dont on a besoin pour démarrer. C’est pourquoi toutes les voitures électriques comportent un accessoire important : un très gros condensateur ou supercondensateur.

Un condensateur stocke l’électricité directement, sous forme de charges électriques et le restitue instantanément. Il se charge en une seconde. Et on peut le charger et décharger à la louche un million de fois. Mais alors, un supercondensateur, ce serait un peu comme une batterie, en bien mieux ? Dans ce cas, pourquoi on n’équiperait pas les voitures électriques d’un supercondensateur, plutôt que d’une batterie ? Il est où, le hic ?

Le bémol est dans la « densité d’énergie ». Un supercondensateur stocke bien moins de Wh par kilo (et par litre) qu’une bonne batterie.

Sauf que…


Sauf qu’il se passe – peut-être – quelque chose d’énorme à Cedar Park, au Texas. Là-bas, une intrigante entreprise nommée EEStor explique au monde qu’elle serait en mesure de commercialiser bientôt un « Electrical Energy Storage Unit » (EESU), offrant une densité d’énergie trois fois supérieure à celle des meilleures batteries au Lithium sur le marché. Trois fois… Inutile de préciser que bon nombre d’observateurs sont sceptiques.

Peu de détails ont filtré. Les observateurs parlent de supercondensateur, mais il pourrait s’agir d’une technologie mi-chèvre, mi-chou. Le matériau essentiel serait du titanate de baryum, isolé par de l’oxyde d’aluminium. Les spécialistes des matériaux voient mal comment cette recette pourrait déboucher sur les performances annoncées.

Quelques indices, pourtant, laissent penser que cette affaire pourrait être sérieuse. Pièce à conviction numéro un : ZENN Motor, une entreprise canadienne de Toronto, actionnaire de EEStor, annonce la sortie des premières voitures électriques équipées d’un EESU pour l’automne 2009. 130 Km/h, 400 Km d’autonomie. « Pas cher », disent-ils, ce qui est un peu vague.

Pièce à conviction numéro deux : parmi les investisseurs de EEStor, figure la firme de venture capital Kleiner Perkins Caufield & Byers, qui n’est pas réputée pour placer ses billes sans regarder où elle met les pieds.  

Pièce à conviction numéro trois : Lockheed Martin, le géant de l’aéronautique et de l’armement, a signé un deal avec EEStor pour l’utilisation de son EESU dans des applications militaires. Son communiqué de presse est dithyrambique… Il annonce un coût par kWh stocké deux fois inférieur à celui d’une batterie classique. EEStor aurait attrapé cette mouche avec du vinaigre ? 

Pièce à conviction numéro quatre : la très sérieuse Technology Review ne craint pas de consacrer des articles à EEStor, même si c’est en affichant une prudence de principe. 

De deux choses l’une, donc. Ou bien EEStor a mené en bateau une jolie brochette d’investisseurs et observateurs. Ou bien EEStor a inventé le successeur de la batterie, et du même coup la source d’énergie portable qui va révolutionner les transports. Et bien d’autres choses.


Posted on mar. 9 sept. 2008 by Registered CommenterPierre Vandeginste in | Comments64 Comments

PrintView Printer Friendly Version

EmailEmail Article to Friend

Reader Comments (64)

La panacée. Un petit bémol cependant : les condensateurs ça explose, parfois.

jeu. 11/09/08 18:40 | Unregistered CommenterJL

On a tellement envie d'y croire... ?

jeu. 11/09/08 19:02 | Unregistered CommenterJip

croire...que rien ne changera. Cette voiture du futur est stationnée dans un jardin public.

jeu. 11/09/08 19:46 | Unregistered CommenterYo

Hé ! Mais pourquoi toujours vouloir recharger (et attendre que ça recharge) une batterie fixée, boulonnée, collée... à l'intérieur de la voiture. Ça fait déjà longtemps que, pour par exemple les appareils électroniques, on utilise des batteries rechargeables ! Et puis surtout, quand on veut aller vite... on a un jeu de batteries d'avance (en plus)... Comme ça, quand le premier jeu de batteries est à plat, on l'échange avec le second jeu de batteries qui est rechargé comme il faut. Et voilà comment on "fait le plein" en quelque secondes ! Il faut absolument faire la même chose (en adaptant à la taille et au poids) pour les grosses batteries de voitures électriques...

Et puis, pour le fait d'être "incapable de fournir instantanément tous les ampères dont on a besoin pour démarrer"... Je dirais que c'est plutôt le contraire. C'est le moteur qui a besoin de beaucoup de courant au démarrage (un peu comme les tubes fluo d'ailleurs). C'est le moteur électrique qui est exigeant, qui en demande beaucoup...

jeu. 11/09/08 19:55 | Unregistered CommenterEnginieureuh

@Enginieureuh
L'échange de batteries, en lieu et place de la recharge, est une idée ancienne. Elle est appliquée pour les véhicules électriques existants, à savoir les chariots de manutention, genre Fenwick. Pour la bagnole, le principe pose quelques problèmes, dont celui de la normalisation : il faudrait une norme aussi solide que la pile bâton AA. Ce qui est très difficile à mettre en place quand précisément la technologie bouge à grande vitesse.

Pour ce qui concerne la batterie incapable de fournir les ampères vs le moteur trop gourmand… ça ne revient pas un peu au même, non ? Ou plutôt, les deux choses sont également exactes.

jeu. 11/09/08 20:11 | Registered CommenterPierre Vandeginste

en gros ils ont inventé un condensateur qui pourrait emmagasiner une énorme quantité d'énergie ??
Mieux qu'un condensateur et qu'une batterie !

Je parie que c'est la fusion de ces deux technologies et rien d'autre.

jeu. 11/09/08 20:51 | Unregistered Commentersayfam

@sayfam
Ça veut dire quoi, pour vous "LA" fusion de deux technologies ?
En l'occurrence, il semble que EEStor ne cumule pas tous les avantages des deux : le temps de charge ne serait pas de l'ordre de la seconde, mais de 5 mn.

jeu. 11/09/08 21:03 | Registered CommenterPierre Vandeginste

En gros ils ont inventé la prochaine bulle boursière... et tout ce qui va bien avec (dépendance énergétique, guerres pour les matières premières, etc)

jeu. 11/09/08 21:57 | Unregistered CommenterPatrick

D'après ce que j'ai lu, l'alimentation "r-e-v-o-l-u-t-i-o-n-n-a-i-r-e serait capable d'emmagasiner de l'énergie , beaucoup d'énergie ( équivalent d'une batterie ) , et a la capacité d'en fournir suffisamment pour les besoins a un instant donnée, mais comment brider un condensateur pour ne pas lui ôter toute sa charge ou du moins la majorité pendant un bref instant ? D'après moi, la batterie a légèrement été modifié chacun des compartiment contenant plusieurs condensateurs. Le tout se chargeant et se déchargent très rapidement alternativement. La batterie ne soufrant pas d'une décharge rapide elle conserve ses propriétés , la longévité entre autre.

Facile.

ven. 12/09/08 01:00 | Unregistered Commentersayfam

@sayfam
Premier ou second degré ?

ven. 12/09/08 11:30 | Registered CommenterPierre Vandeginste

@marcel
Voulez-vous dire que pas de voiture du tout c'est bien plus écolo qu'une voiture électrique ? Nous sommes d'accord.

ven. 12/09/08 11:32 | Registered CommenterPierre Vandeginste

c'est évident cher Pierre, mais je pense également que le bilan global de la voiture électrique en comparaison de la voiture thermique n'est peut-être pas si bon que cela pour la voiture électrique. Car ce qu'on gagne en émissions de CO2 reste à relativiser, la production massive d'électricité produit également du CO2, même si le parc est quasi-exclusivement nucléaire...(car il faut toujours des centrales thermiques dans un parc, afin de réguler l'approvisionnement).

Dans le détail, il apparaît assez clairement que la voiture électrique présente un écobilan largement inférieur à un véhicule classique, à moteur thermique embarqué. D’après l’ADEME, la voiture électrique nécessite 62 % d’énergie en plus pour le même rendement. L’énergie est produite hors du véhicule. Elle doit donc être transportée, puis stockée, ce qui engendre à chaque étape d’importantes déperditions. Les batteries (plomb, cadmium...) nécessaires à ce stockage sont elles-mêmes hautement nocives et produisent des déchets à durée de vie infinie.

A cela, il faut ajouter le traitement des matières polluantes des batteries, la multiplication des centrales nucléaires si l'on veut électrifier massivement le parc automobile, le problème des déchets ultimes hautement radioactifs qu'on ne sait pas traiter, les accidents nucléaires, etc.

ven. 12/09/08 13:15 | Unregistered Commentermarcel

@marcel
Primo, la voiture électrique serait déjà intéressante si, à écobilan égal, elle permettait de supprimer la pollution en ville. Parce que c'est là que les gens respirent… 

Maintenant, voyons l'écobilan lui-même. Vous aurez du mal à convaincre des gens sérieux en faisant des hypothèses ad hoc, qui noircissent le tableau.

Vous faites systématiquement l'hypothèse électricité = nucléaire. Pourquoi ? Les canadiens par exemple peuvent charger leur voiture à l'électricité hydroélectrique. Les islandais à l'électricité géothermique, des danois à l'électricité éolienne… certains espagnols bientôt à l'électricité solaire.
La France est le seul pays au monde à avoir nucléarisé son électricité à 80% et rien n'indique que la planète va suivre cet exemple. La voiture électrique se situe assez loin dans l'avenir, assez loin pour que l'on puisse espérer que l'on produira à cette époque une part non négligeable de notre électricité à partir des sources renouvelables connues : solaire, éolien, mer.

Vous nous refaites le même coup lorsque vous parlez de batteries : c'est même assez poilant de tomber sur vos épouvantails (plomb, cadmium) sous un billet qui parle de supercondensateurs au titanate de barium. Moi je ne parie pas un kopeck sur la voiture électrique au plomb ou au nickel-cadmium. Je ne parie pas non plus sur le titanate de barium, d'ailleurs : je crois plutôt que des dizaines de pistes sont explorées. Et comme je ne suis pas certain du pire, moi, je pense que l'on pourrait éventuellement trouver une technologie de condensateurs pas trop éco-épouvantable.

Vous tapez d'ailleurs une seconde fois à côté de la plaque. Sous un billet qui parle de supercondensateurs dont la durée de vie se mesure en millions de cycles, vous nous tartinez sur le coût écologique du recyclage. Or c'est précisément l'un des énormes avantages du condensateur sur la batterie : sa durée de vie est largement supérieure à celle du véhicule. En toute logique, le coût du recyclage d'un condensateur serait ramené à peu de chose puisqu'il pourrait équiper plusieurs véhicules successifs. Son écobilan serait donc au contraire partagé entre plusieurs "vies" successives.

ven. 12/09/08 19:16 | Registered CommenterPierre Vandeginste

tant d'optimisme béat frise l'autisme...
renseignez-vous un peu plus sur la voiture électrique, de nombreux textes circulent désormais sur internet (hors les médias officiels qui ne tarissent pas d'éloges sur "la" solution électrique...). L'électrification massive du parc automobile, en France ou à l'échelle mondiale, n'est tout simplement pas concevable au vu des pratiques actuelles de l'automobile (taux de motorisation), qui plus est dans un contexte d'équipement massif des pays en développement (Chine, Inde, etc.). Et ce, que l'électricité soit nucléaire, solaire, hydroélectrique, etc.
Electrifier par exemple le parc français, soit environ 30 millions de voitures, revient à multiplier au moins par deux ou trois le nombre actuel de centrales nucléaires... Si c'est pour utiliser des centrales thermiques, je ne vois pas où est l'avantage du point de vue des émissions de CO2 et de la pollution. L'hydroélectricité ne permettra pas de réaliser un tel exploit et je ne parle même pas de la géothermie... Alors, en couvrant peut-être la france d'éoliennes et de panneaux solaires (à quel coût économique, environnemental?), on arrivera peut-être à faire rouler la moitié du parc automobile actuel, en espérant que nos autres besoins en électricité n'augmenteront pas à l'avenir...
soyons sérieux, et surtout ouvrez les yeux sur l'abbération intrinsèque de l'automobile, qui devient qui plus est un crime environnemental dans le contexte de la disparition progressive du pétrole.

dim. 14/09/08 12:04 | Unregistered Commentermarcel

@marcel
Vos sarcasmes sont d'autant plus déplacés qu'ils reposent à nouveau sur une interprétation gratuite de mes propos. Vous faites mine de vous adresser à un défenseur acharné de la bagnole. Or je ne fais aucune hypothèse particulière sur l'évolution du parc automobile français ni mondial.
Moi, ce que je vois chez EEStor, c'est l'éventualité d'une solution. Je me garde bien de dire ce qu'il faut en faire et je n'ai certainement pas écrit qu'il fallait remplacer demain matin le moteur à combustion interne des 850 millions de voitures qui roulent aujourd'hui dans le monde par une solution EEStor.
Moi, je ne suis pas autiste et si je suis optimiste, ce n'est pas béatement, c'est pourquoi je vois que s'il y a une chose que personne ne souhaite, c'est bien une société SANS AUCUN véhicule. Et de nombreux indices montrent que les solutions de l'avenir pour les transports passent par l'électricité.
Au fait, je n'ai pas de bagnole. Mais j'en utilise parfois.

dim. 14/09/08 12:34 | Registered CommenterPierre Vandeginste

"s'il y a une chose que personne ne souhaite, c'est bien une société SANS AUCUN véhicule"

Cette affirmation me fais penser à un mauvais sondage, où la question posée n'appelle qu'une réponse : celle que l'on souhaite entendre.

Penser la vie quotidienne en société n'interdit pas de se poser la question de l'intérêt de nos déplacements SANS AUCUN véhicule. L'Europe, pour ne rester que dans ce territoire, est parsemée de villes qui ont été en grande partie construites par des gens qui se déplaçaient à pied.

L'humain est un bipède debout. Constat basique mais toujours d'actualité.

La voiture est un cul de sac technologique. Plus on apprend de l'univers qui nous contient, plus on s'en rend compte. S'interdire de penser la vie SANS AUCUN véhicule est, me semble-t-il, une erreur classique de "gestionnaire" : l'absence de modestie que confèrent les certitudes de postulats érronés.

Si, il se pourrait bien qu'il existe des gens pour imaginer la vie SANS AUCUN véhicules, et il se pourrait bien que ces gens-là soient... optimistes.

ven. 19/09/08 20:56 | Unregistered CommenterPatrick

@Patrick
Vous avez raison, j'ai eu tort d'affirmer que "s'il y a une chose que personne ne souhaite, c'est bien une société SANS AUCUN véhicule". Je sais par expérience qu'en cherchant bien on doit pouvoir trouver quelques jusqu'auboutistes qui souhaitent (ou du moins croient souhaiter) une société SANS AUCUN véhicule. Pas sûr qu'ils se rendent bien compte, pour autant, des conséquences… Sans ambulance ? Sans camion de pompier ?
Mais pour être exact, j'aurais du dire, plutôt, que le nombre de gens qui souhaitent une société SANS AUCUN véhicule est négligeable. Insignifiant.
Toutes mes excuses, donc, pour cette malencontreuse approximation.

ven. 19/09/08 21:33 | Registered CommenterPierre Vandeginste

Merci de votre réponse retenue et polie.

Je vous invite tout de même, en vous souhaitant une bonne soirée, a méditer sur le nombre "insignifiant" de gens pour qui, à une certaine époque pas forcement si lointaine, la terre était ronde.

Pas sûr qu'ils se rendaient bien compte à quel point, en ce temps-là, ils étaient "jusqu"auboutistes".

Vous voudrez bien me concéder, pour finir, que la pertinence d'une proposition ne peut s'estimer uniquement au nombre qui la soutient.

Merci de votre patience.

ven. 19/09/08 22:43 | Unregistered CommenterPatrick

@Patrick
Vous vous comparez à Pythagore ? Ça va, les chevilles ?
Désolé, mais je ne vois pas le rapport. La rotondité de la terre est une question scientifique. Ceux qui ont énoncé cette hypothèse apportaient en même temps, sinon immédiatement une démonstration en bonne et due forme, du moins des arguments qui la soutenaient.
Mais votre affaire se situe dans une tout autre sphère. Vous rêvez (semble-t-il) d'une société SANS AUCUN véhicule : ce n'est pas une théorie scientifique, juste une lubie cocasse. Ils vous ont fait quoi, les véhicules, au juste ?

ven. 19/09/08 23:04 | Registered CommenterPierre Vandeginste

PostPost a New Comment

Enter your information below to add a new comment.
Author Email (optional):
Author URL (optional):
Post:
 
Some HTML allowed: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>