« Australie, terre de tous les venins | Main | La vision, voie royale de l'interaction »

Vidéosurveillance et intelligence

CCTV-240.jpgLe sujet a fait le tour des rédactions britanniques (BBC, Telegraph, VNUNet) : un projet de recherche mené à l’Université de Portsmouth se propose de mettre au point en trois ans une caméra de surveillance “intelligente” capable de s’orienter automatiquement vers… le crime ! Et de donner l’alerte, of course. Cela, on s’en doute, par la grâce de notre amie l’intelligence artificielle.
Exemple qui tue, livré par le communiqué de presse et repris ad nauseum : dans un parking, le bruit d’une vitre de voiture fracturée serait interprété comme tel par un logiciel et provoquerait illico la rotation de la caméra la plus proche en direction du forfait. Le même algorithme saurait interpréter des bruits de bagarre, tandis qu’un autre confirmerait la chose en analysant l’image. Merveilleux, non ?

Bizarrement, cette information sort lorsque le public british découvre que les caméras de surveillance, qui ont envahi leur quotidien comme aucun autre (une caméra pour 14 habitants), sont tout le contraire d’une baguette magique. Le très sérieux Guardian présentait par exemple le 6 mai dernier les conclusions d’un rapport officiel du Viido (Visual Images, Identifications and Detections Office), un service de New Scotland Yard, qui admet que les millions engloutis dans ces caméras n’ont pas rapporté grand chose. Ainsi, seuls 3%  des vols dans la rue à Londres ont été élucidés grâce à elles.

L’inefficacité des caméras largement démontrée

Aujourd’hui, le même Guardian enfonce le clou avec un article signé par le pape états-unien de la sécurité Bruce Schneier. L’inefficacité des caméras a été démontrée « again and again » (encore et encore), affirme cet expert réputé. Elles résolvent très peu de crimes et leur effet dissuasif est minimal. Pourquoi? Les raisons sont multiples, je vous les range dans trois tiroirs.

Les premières sont d’ordre technique — mauvais éclairage, définition trop faible… — on ne peut y répondre qu’en dépensant encore plus. Seconde catégorie : combien de flics regardent les 500 000 caméras de Londres ? Si une scène inquiétante est observée, combien de temps avant qu’une patrouille intervienne ? On met là le doigt sur le calcul initial : on a beaucoup investi dans le matériel, précisément pour économiser sur l’humain…

Et c’est là qu’intervient l’argument du logiciel “intelligent” : investissez encore un peu plus et on vous livre des yeux et des oreilles artificiels qui scruteront les images et la bande son de milliers de caméras, à la recherche d’indices, et alerteront les surveillants humains à la moindre anomalie.

Seulement voilà, il y a encore et surtout les arguments du troisième type. Bruce Schneier relève que « …les criminels ont tendance à ne pas regarder avec obligeance droit dans la caméra. » Les salauds ! Ce n’est pas tout : « Les meilleures caméras sont contrariées par les lunettes de soleil et les couvre-chefs. » Il est bien temps de le découvrir. Cerise sur le gâteau, figurez-vous que les caméras ne couvrent pas 100% des quartiers, même les plus chauds, et que… les voyous sont au courant ! Et jouent hors champ.

Le surveillé s’adapte à la surveillance

Surprise : le délinquant a un cerveau et s’en sert. Face à une mesure destinée à l’enquiquiner, il adapte son comportement. Ce qui est bête, c’est que les partisans de ces investissements massifs dans une technologie sécuritaire n’y pensent pas avant. Comment ? Vous dites ? … en fait ils s’en doutent, mais s’en foutent ? Le but visé serait surtout de donner l’impression de faire quelque chose ? Et d’offrir des contrats affriolants à des entreprises privées, de réduire les effectifs du service public. C’est vous qui le dites.

Et le coup de la « caméra intelligente » nous montre la suite du scénario. Du déjà vu. « Zut, notre première génération de bidules sécuritaires ne satisfait pas tout à fait le client. Pas grave, justement nous avons en magasin une nouvelle génération de la même camelote qui donnera toute satisfaction. » Comme si les voyous n’allaient pas apprendre à passer sous le nouveau radar aussi facilement qu’ils se sont moqués du précédent.

Voilà donc encore un bel exemple de technologie sécuritaire qui permet surtout d’attraper des « innocents ». Je veux dire : d’une part des gens qui n’ont rien fait de mal, qui verront par exemple débouler les keufs parce qu’une caméra soi-disant intelligente aura pris une esquisse de capoeira pour une castagne. Et d’autre part, sans doute, des voyous un peu neuneu, à la ramasse, pas fichus de s’adapter à la quincaillerie dernier cri de la maison poulaga. Génial.

Au fait, si je parle de tout ça, c’est parce que la France d’après, après avoir étudié le fiasco britannique, s’apprête à le photocopier. rue89_small.gif

Posted on jeu. 26 juin 2008 by Registered CommenterPierre Vandeginste in | Comments19 Comments

PrintView Printer Friendly Version

EmailEmail Article to Friend

Reader Comments (19)

Je me disais aussi, autant casser un verre d'un côté du parking --bzzz la caméra tourne-- et de faire un vrai truc répréhensible de l'autre côté, en attendant que la caméra revienne...
C'est quand même dommage --ou louche-- qu'on ait aussi dix ans de retard sur les constats de nos voisins.

jeu. 26/06/08 22:44 | Unregistered CommenterBen

@Ben
Un exemple à creuser. Qui montre bien qu'à jouer l'intelligence artificielle contre celle, toute naturelle, des humains, fussent-ils délinquants, on risque fort le retour de bâton.

jeu. 26/06/08 23:07 | Registered CommenterPierre Vandeginste

Normal, ce sont les mêmes qui après avoir étudié le fiasco du vote électronique dans le monde nous l'ont imposé ici.

jeu. 26/06/08 23:12 | Unregistered Commenterpadawan

@ Ben :

C'est une variante du vieux truc du caillou qu'on lance dans une direction bien choisie pour dérouter son poursuivant qui, attiré par le bruit, perdra quelques précieuses secondes ou lâchera une rafale en se découvrant, permettant ainsi qu'on le localise mieux.

Je lisais récemment un article sur la multiplication des meurtres et blessures par armes blanches en Grande Bretagne, en général actes commis par des jeunes.

Les détecteurs de métaux se multiplient et les peines pour port de couteau ont été relevées.

Quand il n'y aura plus de couteaux dans les poches en viendront-ils à s'agresser à coups de dents, et alors que fera-t-on ?

Arrachage généralisé et greffe de pailles sur bouche cousues ?

Triste spirale de la société de "l'avoir plus et à tout prix", de l'ostentation et de l'antagonisme exacerbé...

ven. 27/06/08 09:15 | Unregistered Commenterjcm

Mais non, c'est bien :-)
Ça va faire de la sélection naturelle... Seul les délinquants qui arriveront à s'adapter survivront.
Comme ça, on aura des délinquants plus évolués. :-)
Vive le progrès !

ven. 27/06/08 10:44 | Unregistered CommenterHumour

Salut,
tu as oublier un aspect qui me semble important : que fait dont des informations contenu dans ces vidéo ?
Pour l'instant peut être rien, mais dans l'avenir je ne serai pas étonné que l'analyse de ce genre de vidéo deviennent un marché des plus juteux.
En effet, l'analyse des ces vidéos permettrai d'anticiper les comportements humains, c.-à-d. laisser l'illusion de libre arbitre tout en le réduisant au strict minimum (cf. pub, manipulation, etc.).

ven. 27/06/08 11:59 | Unregistered Commenterlyhana8

Sur les armes blanches en Grande-Bretagne : c'est marrant, vous avez déjà essayé de trouver un couteau de cuisine (un truc qui coupe, quoi) dans un supermarché en GB ou en Irlande ? Bon courage. Au mieux, vous allez trouver des couteaux à beurre. Je sais que la cuisine n'est pas le sport favori de nos amis d'outre-manche, mais quand même... et évidemment, on se rend compte que là comme ailleurs, la prohibition, ça ne marche pas.

ven. 27/06/08 16:10 | Unregistered CommenterVeig

C'est le vieux Thomas J. qui en perd son anglais
"si tu es prêt a sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité..... tu ne mérites ni l'une, ni l'autre...."
et crie par la fenêtre à qui l'entendra ... un humain ou une caméra?

ven. 27/06/08 21:45 | Unregistered Commentervermeille

Bonjour,
je suis installateur de vidéo surveillance professionnelle et souhaiterais apporter quelques précisions (même si nous ne faisons pas de vidéo surveillance urbaine dont il est questions ici).
1 ) la loi en France est bien plus stricte qu'en GB tant sur le droit à l'image que le respect de la vie privée.
2 ) il est interdit en France de capter le son et les paroles d'une personne à son insu, mais aussi de les enregistrer ou de les transmettre. Les caméras de surveillance en France sont vendues bridées de leur fonctionnalité audio bi-directionnelle en règle générale. Seule la fonction de haut-parleur est utilisée, mais il est parfois possible d'activer la fonction de micro.

sam. 28/06/08 16:05 | Unregistered Commenterwww.cisdec.com

@emmanuel
Merci pour ces précisions.

sam. 28/06/08 16:23 | Registered CommenterPierre Vandeginste

3 ) Les logiciels de traitement de l'image ont aussi fait progresser le traitement de la video surveillance. C'est le cas notamment des logiciels traitant les caméras IP : le champ des traitements de l'image a autant progressé qu'avec le passage de l'argentique au numérique.
On sait revenir sur un enregistrement plus rapidement, analyser l'activité d'une zone, voire faire du comptage de personnes.

Evidement, les analyses marketing et sécuritaires s'intéressent de près à ces évolutions, car elles permettent une observation, une quantification, voire une modélisation des comportements.
A ce jour, le tracking facial n'est pas efficace et n'a toujours pas été autorisé. De même, que les caméra qui ne voient pas à travers les vêtements (même si cela émoustille certains d'y penser).

4 ) le fiasco de la vidéosurveillance anglaise est liée à l'obsolesnce de leurs solutions techniques, fondées sur des technologies analogiques, avec une très faible résolution d'images et délivrant une image passive et non analysable comme l'imagerie numérique.

Il est lié surtout à la croyance en un objet magique, chargé symboliquement de tous les pouvoirs et comme le déchainement des commentaires sur le web le prouve, de tous les maux.

La vidéo surveillance, même en réseau ip, et même avec les dernières fonctionnalités d'intelligence, ne remplace pas une police formée (notamment à ses nouveaux outils), équipée, encadrée. Seul des professionnels sur le terrain, munies d'outils performants, peuvent faire baisser la criminalité. L'article de Bruce Schneier est particulièrement intéressant.

5 ) Le souci de défendre les libertés fondamentales est au cœur des réflexions de notre métier, grâce et malgré les progrès technologiques de la vidéo protection.

Oui, ce progrès d'écoute automatisé est un danger pour les libertés, car la démocratie repose sur le secret. Le secret de ses choix, le secret de ses actes. Les outils actuels permettent de mieux contrôler et en même temps de mieux encadrer ce contrôle. Oui, c'est inquiétant, mais c'est une tendance inéluctable et il convient d'exercer son exercice de citoyen républicain, plutôt que de se complaire dans le trip X-Files.

Cette nouvelle fonctionnalité est trop tentante pour ne pas être utilisée, elle le sera probablement donc. Pour des raisons de lutte anti-terroriste, de surveillance des personnes et des biens, de contrôle des comportements (il faut être crétin pour orienter sa caméra vers qui jure) ou tout simplement, pour des applications publicitaires type Minority Report

6 ) sur l'efficacité des systèmes : en termes de recherche universitaire, je ne sais pas ce qui existe, mais en revanche, il doit être très compliqué de définir les conditions avant, pendant, après, toute chose étant égale par ailleurs.
Seul commentaire malgré la mise en garde de l'auteur de l'article, les dernières technos permettent un meilleur rendement (temps passé versus résultats).

7 ) le coût de la vidéo surveillance a baissé, comme toute technologie, notamment grâce à la technologie en réseau IP. Les factures impressionnantes des installations de télésurveillance urbaine comprennent aussi et surtout le coût du génie civil.

8 ) Sur l'adaptation du comportement des délinquants, soit ! Les chiffres sur la criminalité sont assez difficiles à comprendre et je ne me prononcerai pas sur leur évolution à la hausse à la baisse. Je noterai juste que la littérature du XIXe siècle décrivait certains quartiers des grandes villes comme très souvent des coupe-gorges. Le niveau de violence, surtout quand on considère le sens littéral de l'expression, me semble avoir baissé.

Pour conclure, merci à ce post très intéressant car documenté et renvoyant vers les liens. J'espère avoir aidé à faire avancer le débat. Après tout, c'est bien une caractéristique de l'expression démocratique, non ?

sam. 28/06/08 16:53 | Unregistered Commenterwww.cisdec.com

@ cisdec.com sur les coupe gorge :

Dans les années 75-80 des déplacements professionnels m'amenaient de temps à autre de Paris à Lyon pour quelques jours.

Mon plaisir était alors de passer mes soirées dans les fameuses traboules qui, à cette époque, étaient très grises et sombres, éclairées à la 25 W tous les 50 mètres ou à peu près.

Un univers évoquant bien les gravures de Piranèse, fascinant.

A Paris (et ailleurs) quand j'évoquais ces escapades on me traitait TOUJOURS de fou et d'inconscient, ces endroits étant des "coupe gorge" ou "cours des miracles" du plus grand danger.

Je n'ai pourtant eu que des rencontres soit muettes soit fort sympathiques dans ces lieux.

Leur réputation était entretenue depuis longtemps par certaines littératures, mais qu'y avait-il de véritablement réel ?

Effectivement difficile d'estimer un niveau de criminalité sur des réputations dont on ignore exactement ce qui a conduit à les créer et les perpétuer.

sam. 28/06/08 21:31 | Unregistered Commenterjcm

Excellent billet et commentaires qui nourissent la problématique.
L'ère de l'image et lère du moi se téléscopent ici.Je m'en vais lire Bruce Schneier. Sans rien connaître à ces questions, je dirai que ces caméras sont comme un catalyseur de problèmes à l'évidence plus profonds, tout le monde l'aura compris.

mar. 1/07/08 08:09 | Unregistered CommenterVéronique

est ce que les grimaces, tics seront détectés comme une agression déclanchant.....l arrivé éminente du car.... de police?

ya pas a dire c'est beau le progrés!!!

et coté budget quand on sait que cela represente 80 % du buget en angleterre ....en France faudra bien nous inventer une nouvelle taxe pour survivre

mar. 1/07/08 09:14 | Unregistered CommenteralainF

Lorsque l'on parle de vidéo surveillance, c'est presque toujours dans le cas d'un usage urbain. Il semble que les avis sur ces installations en ville soient partagés concernant leur efficacité. Bien que professionnel de la vidéosurveillance, je ne peux me prononcer sur ces usages dont je n'entends parler que dans la presse. En revanche discutez avec n'importe quel exploitant de métro ou de lieu fermé équipé de vidéo surveillance: ni crimes ni délits, plus de dégradations, d'agressions, etc...Là on ne peut contester l'efficacité. Quant à l'atteinte à la vie privée, être filmée dans les couloirs de stations, gares et autres parkings, l'argument me semble faible rapporté au gain de sécurité

ven. 25/07/08 15:26 | Unregistered Commentervigineo

Un billet utile ! Dans ma ville (délinquance zéro), la vidéo surveillance arrive... Et à Rueil-Malmaison, le budget caméras explose tandis qu'on ferme l'école art, ce qui me semble être un symbole tout à fait inquiétant.

ven. 17/10/08 17:49 | Unregistered CommenterJean-no

La solution est très simple : obliger les citoyens à se promener nus (biométrie facilitée), leur imposer une puce électronique (cool) ou leur interdire le changement de look (choix obligatoire et définitif à 18 ans ; possibilité de rectification des fichiers sur demande auprès du tribunal ad-hoc).
Pour compléter la vidéosurveillance, pourquoi ne pas donner plus de crédits pour la recherche cybernétique (les policiers réels seront d'autant mieux protégés) ? Et équiper les caméras de lasers contrôlés par IA (pour intimider les plus violents uniquement) ?
Ce monde est-il réellement fou ? Ou très cynique ?

jeu. 30/10/08 12:57 | Unregistered Commenterbureau du fond

Oui, toutes ses dérives sont inquiétantes. Qu'une personne installe un système d'alarme chez elle, c'est commun, et cela peut-être compréhensible. Mais là on arrive à un stade ou tout le monde sera filmé chez soit sans que personne puisse dire quelque-chose... On est pas loin de Big Brother !!!

mer. 13/01/10 18:33 | Unregistered Commenteralarme filaire

Les caméras de protection… vaste débat, si il est admis qu’elles font sentir les gens en sécurité en général, est-ce vraiment le cas ? La réponse, elle est moins évidente. De plus en plus de rapports montrent, au minimum l’absence de lien entre la vidéo surveillance et la baisse de la délinquance, au pire un effet inverse. En effet, quoi de plus simple que de mettre une cagoule, quit à être un terroriste, autant faire ça bien !

mer. 7/07/10 17:05 | Unregistered Commentervetement travail

PostPost a New Comment

Enter your information below to add a new comment.
Author Email (optional):
Author URL (optional):
Post:
 
Some HTML allowed: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>