« VeriChip, la puce RFID qui fait délirer | Main | Un bug du nouvel an retarde Atlantis »

Nanosolar lance le solaire pas cher

Nanosolar.jpg

En cette période festive, on finirait par croire que la high-tech ne sert qu’à produire des jouets coûteux. Pourtant, Wii et iPhone font pâle figure devant une annonce récente bien plus lourde de conséquences pour notre avenir à tous.

La jeune société Nanosolar, fondée en 2002 à Palo Alto par deux anciens étudiants de Stanford (oui, comme Yahoo, Google…) vient de livrer ses premiers panneaux solaires photovoltaïques, reposant sur une technologie à couche mince qui lui permet d’un coup de diviser par deux le coût du watt solaire. Sic.
Dès qu’il aura atteint sa vitesse de croisière, son outil de production (cellules fabriquées à San Josè, Californie, assemblage des panneaux à Berlin) devrait livrer chaque année de quoi produire 430 MW (puissance crête) d’électricité. Parions que d’autres unités de production, que des concurrents suivront.
Les panneaux solaires traditionnels sont réalisés à partir de tranches de silicium cristallin ultra purifié, la matière première des circuits intégrés. Son coût reste élevé, notamment parce que sa production est énergivore. La technologie de Nanosolar repose sur un matériau semi-conducteur sophistiqué, le CIGS (Cuivre Indium Gallium Sélénium), mais déposé en quantité infime sur le support. Une douzaine d’entreprises suivent déjà cette piste des “couches minces”. Nanosolar les a distancées également sur un autre terrain. Son procédé de fabrication est totalement continu (vidéo) et s’apparente à l’imprimerie. Quatre “encres” sont ainsi déposées successivement sur une bande métallique souple et économique.

La start up affiche un objectif ambitieux : 1 $ le watt. S’il était confirmé, c’est un véritable bon en avant que connaîtrait la filière photovoltaïque. Or cette source d’énergie renouvelable et non polluante est déjà celle qui connaît aujourd’hui la plus forte progression. Selon le Earth Policy Institute, la production de cellules photovoltaïque double tous les deux ans depuis 2002. Elle devrait atteindre 3,8 GW pour 2007, tandis que la puissance installée cumulerait 12,4 GW.
Rappelons qu’il suffirait de couvrir de panneaux photovoltaïques la moitié de ses toits pour assurer à la France la totalité de sa consommation électrique. Mais ajoutons que ce calcul théorique laisse de côté le défaut essentiel de cette filière énergétique : elle produit… quand il y a du soleil. Mais on a quelques idées pour contourner ce problème… rue89_small.gif

Posted on lun. 31 déc. 2007 by Registered CommenterPierre Vandeginste in | Comments34 Comments

PrintView Printer Friendly Version

EmailEmail Article to Friend

Reader Comments (34)

Une info que j'avais lu dans National geographic et que je viens de revoir sur un blog :
D’après Gerhard Knies, à l’initiative du projet TREC (Trans-Mediterranean Revewable Energy Cooperation) en utilisant 1 % de la surface des déserts (chauds) on pourrait couvrir les besoins électriques de toute l’humanité !

lun. 31/12/07 10:47 | Unregistered CommenterZephir

C'est vite vu : nous recevons en permanence du soleil, sur toute la surface du globe, quelque 8000 fois notre consommation énergétique globale.

Trec, alias Desertec : un projet passionnant, dont il faudra que je parle un jour… En deux mots, il s'agirait d'interconnecter des éoliennes, des centrales solaires thermodynamiques et photovoltaïques, des centrales thermiques brûlant des biocarburants et quelques barrages hydroélectriques avec station de pompage (jouant le rôle de batteries) réparties des deux côtés de la Méditerranée. Mais surtout en plein Sahara… Sans oublier le grand Sud côtier marocain, où sévissent de forts vents réguliers.
Principe essentiel du truc : tout ceci serait relié par des lignes électriques d'un type nouveau, à courant continu (très faibles pertes en ligne). Objectif, obtenir une source composite d'électricité fiable et régulière à partir de sources plus ou moins variables mais indépendantes.
Un truc amusant, c'est que ce genre de projet répond à deux urgences : le réchauffement global et la "fin du pétrole", mais pas à la question de l'indépendance énergétique de l'Europe, qui devrait compter sur des nations du Sud (Maghreb) pour une grosse part de son approvisionnement. Voila qui devrait motiver l'UE à agir pour une paix durable autour de la Méditerranée…

lun. 31/12/07 12:27 | Registered CommenterPierre Vandeginste

Petite précision tout de même : vous dites qu'un panneau solaire ne produit que quand il y a du soleil. C'est exact, car un panneau solaire ne produit pas la nuit. Mais il produit quand même en cas de ciel couvert et/ou brumeux. Par contre, son rendement est moindre. Plus on descends vers le sud et donc vers des ensoleillements plus importants, plus le panneau produit.

Quand à la production d'électricité de la France, il serait très simple de la couvrir en mélangeant trois technologies bien maîtrisées : l'éolien, le solaire et les économies d'énergie. L'association Negawatt (www.negawatt.org) milite dans ce sens depuis longtemps déjà.

lun. 31/12/07 15:42 | Unregistered CommenterNoryungi

Si le réchauffement climatique est aussi important qu'on nous l'annonce, les panneaux solaires photovoltaïques seront de plus en plus efficaces en Europe aussi.

lun. 31/12/07 16:05 | Unregistered CommenterFoguenne

@Noryungi
Entièrement d'accord sur le rôle des négawatts, qu'il s'agisse d'amélioration de l'efficacité énergétique ou de la chasse au gaspi. Les exemples sont innombrables : les États-uniens roulent dans des bagnoles nulles, nos appareils électroniques bouffent dex watts lorsqu'ils ne travaillent pas, les ampoules fluocompactes existent depuis des années mais on ne les utilise pas, nous mangeons des fruits qui traversent la planète et puent le kérosène…

lun. 31/12/07 17:03 | Registered CommenterPierre Vandeginste

@Foguenne
Attention, réchauffement ne veut pas dire meilleur ensoleillement !

lun. 31/12/07 17:05 | Registered CommenterPierre Vandeginste

j'ai une question de béotienne et oserais-je dire à la con mais vu du ciel les panneaux solaires ça créé de la pollution lumineuse??

désolée si c'est une bourde ...mais sinon?

lun. 31/12/07 18:47 | Unregistered Commentervermeille

@vermeille
Jusqu'ici la plupart des panneaux PV étaient franchement sombres. Comme d'ailleurs les panneaux thermiques (eau chaude et chauffage solaire). Mais ceux de Nanosolar, en effet, ont l'air de briller comme un sou neuf, ce qui laisserait penser qu'ils réfléchissent une bonne partie de la lumière qu'ils ne transforment pas en électricité Fausse impression ? Je remarque que dans le même temps ces panneaux me semblent bien… gris !
De toute manière, j'imagine que vue du ciel, une grande surface plane de ces panneaux doit ressembler à un miroir…

lun. 31/12/07 19:29 | Registered CommenterPierre Vandeginste

Excellente nouvelle que je vais lier jeudi à une autre… Bon, c'est le genre de news qui file le moral…
Bises, bonne année à ta tribu (et à bientôt autour d'une table :-)

mar. 1/01/08 20:50 | Unregistered Commenterjean-Christophe courte

[Hors sujet coupé. Au lieu de répondre ici, et sur votre blog, à mon commentaire sur Rue89, faites-le dans le contexte, donc sur Rue89.]

Pour commenter votre article actuel par exemple sur ce moyen de fabriquer de l'énergie. Il existe différent moyen de fabriquer de l'énergie. Le problème d'une fabrication de l'énergie à partir des techniques d'agencement atome par atome, d'un point de vue strictement écologique et sanitaire, c'est que l'on ne sait pas ce que deviennent les nanoparticules lors d'une érosion, destructions ou combustion de l'objet.
Je ne parle pas des nanoparticules déjà présentes dans l'environnement, mais des nouvelles nanoparticules, dont ont ignore les conséquences de leur intéraction avec les vivants, mais que l'on recherche pour les propriété spécifiques qu'apporte certains agencement atomique dans le cadre de la physique quantique.

Les tests sont en cours sur les cobayes, et l'on ne connais pas encore les résultats, alors que des produits sont déjà en vente dans la population.

Tout scientifique qui participe à ces productions, et par son inactions, ne prévient pas des risques ou ne les combats pas, à sa part de responsabilité.

mer. 2/01/08 02:10 | Unregistered Commenterbug-in

@bug-in
Je ne suis pas certain de bien comprendre tout ce que vous voulez dire. En particulier, je ne vois pas ce que la physique quantique vient faire ici.
Mais je suis sans doute d'accord avec vous sur un point : avant de mettre un produit nouveau sur le marché, il convient d'en étudier la dangerosité. Pendant sa durée de vie, mais aussi au delà, pour l'homme et l'environnement. Avant d'en lancer la fabrication, il convient d'étudier également les risques en cours de production.
Laisser les industriels faire n'importe quoi ou au contraire les avoir à l'œil est un choix politique. Collectivement, les scientifiques concernés ne cessent de mettre en garde contre les risques sanitaires que pourraient éventuellement faire courir certaines nanoparticules.

mer. 2/01/08 13:48 | Registered CommenterPierre Vandeginste

Pour la physique quantique : les recherches sur les techniques de l'assemblage atome par atome, sont en fait particulièrement attrayante pour les nouvelles propriété qu'elles permettent de donner aux objets. Ces nouvelles propriété sont possible grâce au fait qu'a l'échelle de l'atome, ce n'est pas la physique classique qui s'applique, mais la physique quantique. Ce détail, change complètement la propriété de certains atomes à cet échelle.

Mais un objet construit atome par atome de bas vers le haut, ne conserve pas forcément ses propriété quantiques une fois qu'il atteint une certaine taille. Les scientifiques doivent donc veiller à un assemblage qui permettent de maintenir les propriété de la physique quantique (on appelle cela l'effet quantique) dans l'échelle de la physique classique.

mer. 2/01/08 22:27 | Unregistered Commenterbug-in

@bug-in
Je ne vois toujours pas ce que la physique quantique vient faire ICI.
Vous croyez que Nanosolar pratique "l'assemblage atome par atome" ?
Je ne suis pas moi-même expert en physique quantique, mais je suis assez familier du sujet pour avoir la désagréable impression que vous maniez des notions qui vous échappent. Êtes-vous certain, en particulier, que votre second paragraphe signifie quelque chose ?

mer. 2/01/08 22:49 | Registered CommenterPierre Vandeginste

L'effet quantique, ou effet tunnel, est nécessaire pour manipuler les atomes : http://www.cnanoidf.org/que-sont-les-nanos/nouveaute/tunnel/

Toute fabrication "nano" y est redevable.

Il ne s'observe qu'en dessous de 100 nanomètre. "Certaines nanoparticules d'or par exemple sont inertes, mais si on leur ajoute plusieurs autres particules de même nature, elles deviennent réactives... La forme fait aussi une différence... Une nanoparticule sphérique de 20 nm n'aura aucun effet sur une cellule humaine, mais si l'on triple son diamètre elle devient toxique... (une cellule humaine a un diamètre de l'ordre de 10 à 20.000 nanomètres)."

D'autres exemples :
"• Sous forme de graphite (la mine de crayon), le carbone est tendre et malléable; à l’échelle nanométrique, il est plus solide que l’acier et six fois plus léger.
• L’oxyde de zinc est normalement blanc et opaque; à l’échelle nanométrique, il devient transparent.
• À l’échelle nanométrique, l’aluminium (utilisé pour les canettes de boissons gazeuses) peut entrer en combustion spontanée et être utilisé dans le propergol."

Avant de pensez que je manipule des notions qui m'échappe, merci de vous renseignez par vous même, ça m'évitera de vous indiquez les bases de connaissance physique vis à vis des techniques d'assemblate atomique.

La forme, la taille à son importance avec ces techniques. Toute la difficulté et l'enjeux de telle constructions et élaboration est comme je l'ai déjà indiqué la préservation des dits effets quantiques obtenable à l'échelle nanométrique, à une autre échelle qui ne les permets pas habituellement.

jeu. 3/01/08 02:43 | Unregistered Commenterbug-in

@bug-in
Vous êtes gentil avec vos généralités mal digérées, comme on dit, "j'ai mes sources".
Mais une fois de plus, vous évitez de répondre à ma question. Au lieu de faire du "name dropping", dites-nous ce que la physique quantique vient faire ICI !

jeu. 3/01/08 14:58 | Registered CommenterPierre Vandeginste

je rejoins le commentaire de PV, je comprend pas trop le rapport entre les panneaux solaires et la physique quantique ...
je connais le probleme de l'intéraction entre les nanoparticules et leur devenir apres usage, notamment qu'on c'est pas trop comment les récupérer et les traiter convenablement... mais là j'ai eu beau relire les posts, je comprend pas ce que vous voulez dire.

Sinon, bien l'article!

jeu. 3/01/08 15:12 | Unregistered CommenterNicolas

Rien de plus que le fait qu'il faut faire de la physique quantique pour faire des nanos. Je ne dit rien de plus! :) Je ne vois pas ce qu'il y a de choquant ou d'énervant ou d'incompréhensible a reconnaitre qu'il faille utiliser la physique quantique pour faire ses assemblages.

jeu. 3/01/08 17:33 | Unregistered Commenterbug-in

@bug-in
Ah bon, je croyais que vous aviez écrit :
« Le problème d'une fabrication de l'énergie à partir des techniques d'agencement atome par atome, d'un point de vue strictement écologique et sanitaire, c'est que l'on ne sait pas ce que deviennent les nanoparticules lors d'une érosion, destructions ou combustion de l'objet. »

Et ausi :
« …des nouvelles nanoparticules, dont ont ignore les conséquences de leur intéraction avec les vivants, mais que l'on recherche pour les propriété spécifiques qu'apporte certains agencement atomique dans le cadre de la physique quantique. »

Mais c'était donc juste histoire de causer. Donc, nous sommes d'accord, le mot "nano" ne mord pas, le fait d'employer des nanoparticules dans un produit ne revient pas à pactiser avec le diable. Simplement, on aimerait bien que l'industriel se préoccupe de vérifier l'innocuité de sa tambouille, et que la législation lui en fasse obligation.

Nous avons donc là une problématique de prise de risque qui relève de la responsabilité des acteurs économiques et des politiques, au final des citoyens-électeurs. Les scientifiques, eux, ont fait leur boulot en nous prévenant qu'il ne fallait pas déconner avec ces petites choses. Tout comme ils nous avaient prévenu de faire gaffe avec le feu.

Je dis ça parce que j'avais vaguement l'impression, en vous lisant ici et sur votre blog, que vous auriez tendance à rendre la science responsable de tout et n'importe quoi, un peu comme si vous aviez une dent contre elle.

jeu. 3/01/08 22:53 | Registered CommenterPierre Vandeginste

Non non, je retiens bien ce que j'ai dit. Mais vous ne voulez pas l'entendre. Les nanos "morde". Leur fabrication se fait grâce à ces techniques la, que vous relisez dans mon message et on ne sait rien de leur conséquences. La population est considéré comme pire que des cobaye.

"Simplement, on aimerait bien que l'industriel se préoccupe de vérifier l'innocuité de sa tambouille, et que la législation lui en fasse obligation." C'est faux, ce n'est pas aux industriel de le faire, ce sont les scientifiques qui font les études d'écotexicologie, et ce sont d'autres scientifiques encore qui font ces assemblages, ce n'est qu'ensuite que les industriels les diffusent. Oui, les industriels sont responsables, mais les scientifiques qui continue à leur permettre de les fabriquer le sont tout autant.

sam. 5/01/08 19:15 | Unregistered Commenterbug-in

Restez sur votre planète, personne ne songe à vous en déloger.
Moi je m'intéresse monde réel, où les études de toxicité ou d'impact environnemental dépendent de moyens, de budgets, de règlementations, donc de décisions prises par des acteurs économiques et/ou politiques.
Pour revenir au sujet de ce billet : si vous avez la moindre information concrète relative à la dangerosité des produits de Nanosolar, vous serez le bienvenu.

dim. 6/01/08 17:05 | Registered CommenterPierre Vandeginste

PostPost a New Comment

Enter your information below to add a new comment.
Author Email (optional):
Author URL (optional):
Post:
 
Some HTML allowed: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>