« L’Australie vire au solaire | Main | Eo… lien (1) »

Vidéo du MIT, suite

785186-528467-thumbnail.jpgL’embrouille décrite ici le 16 octobre (Des écrans plus ou moins géants) se dissipe. Voici une partie de la véridique histoire de cette vidéo qui folâtre sur YouTube, ses semblables et mille blogs, sous le nom bidon de MIT Digital Drawing Board.
Grâce aux tuyaux de deux internautes (merci LeMel et Yannick), j’ai pu retrouver l’auteur du logiciel dont on voit la démo sur cette vidéo. Il a été réalisé il y a six ans par une étudiante en maîtrise, Christine Alvarado. Sur cette autre vidéo, c’est elle qui fait la démo.
« Yes, me confirme-t-elle par mail, I was aware of the video and it is indeed my master’s work. The work itself took place in 1999-2000. This video was made in 2000, I think. » Traduit par moi : « Oui, j’étais au courant pour la vidéo et c’est bien mon travail de maîtrise. Le travail lui-même a eu lieu en 1999-2000. Cette vidéo a été faite en 2000, je crois. »
Christine Alvarado est aujourd’hui Assistant Professor en informatique au Harvey Mudd College de Claremont, à 75 Km de Los Angeles. Elle a obtenu son MS, puis son PhD, au Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory du MIT, sous la direction du Professeur Randall Davis. L’homme qu’on voit sur la vidéo mythique.
Dans son mémoire de maîtrise, Christine Alvarado décrit le logiciel ASSIST (pour A Shrewd Sketch Interpretation and Simulation Tool, soit  « Un outil avisé d’interprétation et de simulation de croquis »). Comme elle le précise dans son mail, l’écran était un Mimio (distribué en France) et elle a interfacé son travail avec « un logiciel de simulation 2D appelé Working Model ».
Tout occupé à expliquer ce que cette démo n’était pas, j’ai omis dans mon billet initial de préciser ce qu’elle était. Ce qu’a réalisé magistralement Christine Alvarado, c’est « l’interprétation de croquis », en quelque sorte la partie IA (Intelligence artificielle) de l’ensemble, qui comprend l’intention du dessinateur.
Donc, il n’y a jamais eu de « MIT Digital Drawing Board ». Le plus amusant, c’est que les premiers mots de Randall Davis, sur la vidéo qui circule, donnent la clé de l’affaire : « Let me show you an exemple of the ASSIST sketch understanding system…. » Alors que, étrangement, cette phrase est coupée sur la version la plus visible) sur le site du MIT. Vous avez dit bizarre ?

Un internaute qui signe LeMel a donné, le 25 octobre sur le blog FUTURELAB, la piste du logiciel Microsoft Physics Illustrator. Sur le coup, je n’ai pas su remonter jusqu’à ASSIST. Mais un futé blogueur, Yannick Lejeune, a donné hier le lien entre Microsoft et MIT. En effet, dans le cadre d’un partenariat (iCampus), le projet Magic Paper a permis à l’éditeur de « productiser » le travail réalisé sous la direction de Randall Davis.
Bravo à LeMel et Yannick. Merci au passage à Yann Gourvennec, qui a longuement cité et commenté en anglais mon billet initial, sur son propre Blog, Marketing & Innovation, mais aussi sur FUTURELAB et Next Level. Idem à Pietter, qui l’a repris également, mais en néerlandais, sur Om ter saaist.

PrintView Printer Friendly Version

EmailEmail Article to Friend

References (1)

References allow you to track sources for this article, as well as articles that were written in response to this article.
  • Response
    Qu'est ce qu'un tableau blanc interactif�?Selon wikipedia, le tableau blanc interactif ou TBI est �un �cran blanc tactile reli� � un ordinateur via un c�ble (g�n�ralement USB). Il est capable de lui transmettre diverses informations, dont la...

Reader Comments (15)

Ca c'est du travail d'équipe :) Bravo pour les infos supplémentaires...
mar. 31/10/06 11:05 | Unregistered CommenterYannick Lejeune
Tiens, tiens, je crois que Le Canard Enchaîné d'aujourd'hui revient sur une histoire de machine à voter aux Etats-Unis... Y t'auraient pas piqué ton sujet par hasard ? Va falloir penser à faire payer l'accès à ton excellent blog...
BTW, relève tes mails
mer. 1/11/06 09:04 | Unregistered CommenterD.P.
DP dixit : "Le Canard Enchaîné d'aujourd'hui revient sur une histoire de machine à voter aux Etats-Unis..."

Réponse en commentaire du billet "Pour voter, vive le low-tech". PV
jeu. 2/11/06 11:25 | Registered CommenterPierre Vandeginste
au minimum depuis 1991, ( Wellner Pierre) on réfléchi sur le "bureau digital". 15 ANS !
ça sens le réchauffé ! d'autant plus que au départ il y aurait peut etre vers 1988 le Palo Alto research Center de Xerox ( le meme qui nous a pondu l'interface graphique repris par mac )
En france aussi :
http://iihm.imag.fr/demos/magicboard/movies/magictable.mpg
http://iihm.imag.fr/publs/2002/LCN02_SurfacesInteractives.pdf
lun. 6/11/06 23:53 | Unregistered Commentertarassboulbla
Je tombe sur ce billet suite à un commentaire laissé sur mon blog, qui fait partie des blogs "incriminés" (http://www.wouarf.com/blog//index.php?2006/10/10/264-un-logiciel-pour-tbi-mis-au-point-au-mit).

Mais franchement, je ne vois pas qui a pu croire que l'intérêt était dans le seul tableau interactif - d'ailleurs mon blog parle à 50% des tableaux interactifs dont nous sommes revendeurs et comme nous en vendons de plus en plus, je sais bien qu'ils sont largement diffusés.

Ce qui est unique, c'est le logiciel qui couple 3 aspects:
- reconnaissance des formes
- mise en équation des systèmes complexes à partir des équations de la mécaniqeu newtonienne (et non, sauf erreur, je ne connais pas de jeu vidéo qui couvre autant de systèmes, contrairement à ce que tu dis)
- utilisation adaptée à un média original (TBI sur la vidéo, Tablet PC dans l'adaptation Microsoft), ce qui est, dans le principe, un peu la même chose.

La vidéo a 5 ans, mais je ne vois pas en quoi l'âge du capitaine change quelque chose à l'affaire et elle est tout à fait remarquable.


Donc, ce programme, c'est juste une très bonne application pour montrer la richesse pédagogique que peut apporter un TBI pour enseigner.

Pour information, voici l'info complète sur l'origine du logiciel (copie d'une email que j'ai échangée récemment avec Randall Davis, l'orateur de la vidéo):

-------------------------------------------
The demo itself it actually more than 5 years old and was one of the first we did
to illustrate the potential of programs that understand hand-sketched diagrams.

The code is not available for distribution for a variety of reasons. First, we
have long-since stopped maintaining it, and it may not work any longer. Second,
we created the sketch-understanding interface; the animation is done by a
commercial program that is (as far as I know) no longer being sold, and when it
was sold, cost a few thousand dollars for a license.

Instead we have been pointing people to Microsoft's Physics Illustrator, a free
"powertoy" for the TabletPC, that is a direct offshoot of our work. Microsoft
hired a commercial company to work with us and re-implement some of our ideas in
industrial-strength code. The program is available at

http://www.microsoft.com/downloads/details.aspx?FamilyID=56347faf-a639-4f3b-9b87-
1487fd4b5a53
-----------------------------------
mar. 7/11/06 00:26 | Unregistered CommenterThierry
Et je mets la pub à part pour que l'auteur de ce blog puisse me censurer s'il le souhaite, mais un tableau blanc interactif, aujourd'hui, ça vaut à peu près 800 EUR, ça pèse moins de 300g et ça tient dans une mallette souple. C'est hyper simple à installer et à utiliser, voir une vidéo ici (4 mn): http://www.wouarf.com/blog//index.php?2006/07/06/255-les-principes-de-base-du-tbi-ebeam-installation-et-utilisation-video et un site "brochure" ici : http://www.tableau-blanc-interactif.com, avec les prix.
mar. 7/11/06 00:33 | Unregistered CommenterThierry
@tarassboulbla :
J'expliquais tout ça (Wellner, Xerox Parc, Grenoble) dans mon premier billet sur le sujet, le 16 octobre :
http://aietech.com/leblog/2006/10/16/des-crans-plus-ou-moins-gants-.html

Avec des pointeurs vers le PARC, le Digital Desk de Wellner et d'autres. J'ai préféré montrer une version "verticale" du Magic Board grenoblois (à noter la présence dans l'équipe de Sandy Pentland, du MIT Media Lab). Mais j'adore aussi celle que vous indiquez.
mar. 7/11/06 10:21 | Registered CommenterPierre Vandeginste
@Thierry
"mon blog, qui fait partie des blogs "incriminés"

Ouh là, comme vous y allez. Je ne suis pas procureur. Je n'ai pas parlé de votre blog, d'ailleurs. Et je n'ai surtout jamais "accusé" quiconque dans cette histoire. Tout ceci est tout au plus intriguant.

"Mais franchement, je ne vois pas qui a pu croire que l'intérêt était dans le seul tableau interactif…"

C'est pourtant ce qui s'est passé, d'abord aux USA puis en France (et sans doute ailleurs, je n'ai pas vérifié). Tout part du fait que la vidéo a essentiellement été montrée (sur Youtube et bien d'autres) sous le titre "MIT Digital Drawing Board". Et la plupart des commentaires ont porté sur cet aspect, le "Drawing Board". Sans même remarquer que Ransdall Davis parle face à un projecteur (d'où l'on déduit que le truc n'est même pas en rétroprojection) et qu'il manie un énorme crayon (on a fait mieux depuis). Moi, ce que j'y vois surtout, c'est que l'usage brouillon de YouTube mène à cela : une fausse légende et vous provoquez une légende urbaine.

"Ce qui est unique, c'est le logiciel qui couple 3 aspects:
- reconnaissance des formes
- mise en équation des systèmes complexes à partir des équations de la mécaniqeu newtonienne (et non, sauf erreur, je ne connais pas de jeu vidéo qui couvre autant de systèmes, contrairement à ce que tu dis)…"

Pas d'accord. La reconnaissance des formes, en soi, est triviale. Ce qui est fortiche, et non banal, c'est la reconnaissance du croquis ("sketch interpretation"). Au delà des formes, ce logiciel interprète le sens de ces formes : cette flèche indique une force, ce rond est un axe, cette croix indique que tel objet est fixe… En ce qui concerne la simulation physique, Randall Davis et Christine Alvarado me disent tous les deux qu'ils ont utilisé un logiciel "du commerce", Working Model. Je ne sais pas quand exactement ce produit est sorti, mais on peut voir sur son site une critique parue en 1996 dans MacUser :
http://www.design-simulation.com/WM2D/reviews.php

Enfin, je n'ai pas dit que les jeux vidéo pratiquaient à fond toute la physique newtonnienne. J'affirme plus simplement que la simulation physique simple est depuis des années non seulement une "feature" intégrée dans les logiciels utilisés par les éditeurs de jeux vidéo mais surtout une fonction intégrée dans les cartes graphiques. Forces, trajectoires, rebonds… tout cela n'encombre même plus votre Pentium, votre carte nVidia ou ATI s'en charge.

"La vidéo a 5 ans, mais je ne vois pas en quoi l'âge du capitaine change quelque chose à l'affaire et elle est tout à fait remarquable."

La vidéo a 6 ans. Ce qu'elle montre, à condition de comprendre qu'il s'agit de "sketch interpretation", est assez génial. Mais je répète que 99% des commentaires portaient aux nues le "MIT Digital Drawing Board". Or, il ne s'agissait pas de démontrer un "Drawing Board". Et le "Drawing Board" impliqué n'était pas une invention du MIT mais un produit dénommé Mimio.

"Donc, ce programme, c'est juste une très bonne application pour montrer la richesse pédagogique que peut apporter un TBI pour enseigner."

Ce logiciel ne cherche pas à faire la pub des tableaux interactifs. Il a pour objectif d'obtenir une maîtrise ;-)
Et de faire avancer la recherche sur l'interprétation de croquis.

"Pour information, voici l'info complète sur l'origine du logiciel (copie d'une email que j'ai échangée récemment avec Randall Davis, l'orateur de la vidéo)…"

Merci. Il a également répondu à mon mail. Tardivement car il était "out of the country". Mais Christine Alvarado m'avait dit l'essentiel :

----------
Hi Pierre,

Yes, I was aware of the video and it is indeed my master's work. I do not know who posted it on YouTube, but I think it happened about a month ago. The work itself took place in 1999-2000. This video was made in 2000, I think. You are right, this is not nearly "State of the art" anymore, althoght it does some things that are more sophisticated than any commercial products, still.

The hardware we were using was a mimio by a company called Virtual Ink. The software was some recognition software written by myself and others at MIT interfaced with a 2D simulation program called Working Model.

Regards,
Christine
---------

Je reproduirais bien ici le mail de Davis, mais il m'a autorisé par avance à le faire à condition que ce soit "verbatim" et il est très long. Entre autres, il s'insurge contre l'idée que la vidéo montrerait le Physics Illustrator de Microsoft, quand ce produit est précisément un enfant de son ASSIST.
mar. 7/11/06 11:56 | Unregistered CommenterPierre Vandeginste
Thierry dixit : "Et je mets la pub à part pour que l'auteur de ce blog puisse me censurer s'il le souhaite…"

Pas de problème, Thierry. En principe, je déteste la pub :-)
Mais dans le cas de figure, c'est une info qui arrive à point.
Ce que nous montrent votre produit et la vidéo, c'est tout d'abord que la technologie du tableau interactif a fait un sacré bout de chemin. Et même s'il existe par ailleurs des produits beaucoup plus sophistiqués, il est tout à fait intéressant de voir que des boîtes ont travaillé sur des variétés "démocratiques" du concept, notamment en s'appuyant sur la projection numérique, qui est de plus en plus accessible. Et tout cela nous donne une solution efficace et bon marché pour la salle de classe.
mar. 7/11/06 12:14 | Registered CommenterPierre Vandeginste
Pierre,

Sans rentrer dans les détails:
- je crois que tu fais fausse route si tu penses qu'aux USA il y a réellement pu y avoir ambigüité "généralisée" sur le média (le tableau interactif). Et que ton erreur est typiquement française, car le tableau interactif est TRES répandu, presque banal, en pays anglo-saxon, beaucoup plus qu'en France. Pour info, il y a 300 000 TBI dans les écoles en Angleterre contre environ 3 000 en France.
- il n'y a effectivement aucun module "révolutionnaire en soi" dans l'appli montrée. Effectivement, la partie "reconnaissance" est assez simple, la partie "mécanique" et "animation" (bien que 100 x plus étendue que ce que font les cartes vidéo) est une résolution de tenseurs accessible à un soft tel que Matlab qui doint avoir plus de 20 ans et la partie TBI est "banale". C'est pour ça que je parle du "couplage" des 3 qui lui est intéressant et original. Au sens technique, il n'y avait rien non plus de transcendant dans la première interface graphique du MAC Intosh et pourtant... Evidemment, le soft n'a pas été conçu pour vendre des TBI mais face à des élèves, le TBI est le moyen idéal pour a) montrer le simulateur, b) faire participer les élèves c) ce que nous ferons (pub encore !) du 15 au 17 novembre sur le salon Educatec, porte de Versailles, stand R27 pour tuos ceux qui veulent voir par eux mêmes.
mer. 8/11/06 01:58 | Unregistered CommenterThierry
@Thierry

"Ambiguïté généralisée" aux USA, je ne vais pas jusque là. En googlant "MIT Digital Drawing Board" j'ai trouvé à l'époque plein de blogs US qui voyaient essentiellement un super "Drawing Board" dans cette vidéo. Ce qui ne prouve pas que d'autres n'y voyaient pas autre chose, j'en conviens. Je ne suis pas allé faire les comptes depuis.
Pour la France, je suis plus formel. Sur la centaine de blogs que je fréquente, et qui sont plutôt tenus par des gens qui en ratissent plus que moi, aucun ne faisait la part des choses. Sinon, je n'aurais jamais rédigé mon premier billet sur le sujet…

Par ailleurs, tu ne serais pas un peu chipoteur ? Dire que ce qui est bien dans cette démo, c'est le "couplage" de trois trucs, je veux bien, mais quand deux des trucs sont dans le commerce et que le troisième sort du crâne d'un chercheur et n'a jamais été fait avant, moi je dis que ce qui est intéressant, c'est le troisième.
mer. 8/11/06 02:42 | Unregistered CommenterPierre Vandeginste
Si nous pouvons tomber d'accord sur le fait que je suis chipoteur, c'est sans doute un bon début :)
ven. 10/11/06 01:39 | Unregistered CommenterThierry
Merci Pierre de me remercier, c'est sympa. Et aussi merci de cette passionnante enquête aux sources de la vérité. Mimio est une marque connue. Je me souviens en avoir vu un en action au cours de mes différentes aventures professionnelles, je ne sais plus bien si c'était chez Cap ou Unisys. C'était un système fûté pour copier sans effort les notes prises sur un tableau blanc (donc - sophistiqué que le ASSIST)
Par contre je me souviens qu'il était hélas sous utilisé voire pas utilisé du tout. Le papier et le crayon a encore les faveurs de beaucoup ;-)
ven. 8/12/06 15:54 | Unregistered CommenterYann Gourvennec
C'est fou le nombre de technos quii restent comme ça dans une forme "végétative". Souvent, j'imagine, c'est simplement parce qu'il reste un os ou deux. Le coût étant bien entendu un blocage classique. Il y a aussi, bien entenu, d'autres "usual suspects : problèmes d'infrastructure, de standardisation, d'œuf et de poule…

Mais j'ai l'impression que dans certains cas, c'est essentiellement le passé, je devrais dire le passif, qui empêche l'éclosion.

Dans le domaine de la salle de classe, Irfan Essa, à Georgia Tech, m'a montré il y a des années leur projet eClass, aka Classroom 2000, qu'ils appelaient également, et j'adorais : "a classroom that takes notes". Tableaux interactifs multiples (des vrais, pas en projection), tablettes pour tout le monde, caméras, micros… L'idée était que l'étudiant, revenu chez lui, retrouvait tout le cours, sauf peut-être l'odeur (de toute façon, pas de craie, pas de feutre ;…). Et cela évidemment avec des outils logiciels sérieux. Je ne prends qu'un exemple : en cliquant sur n'importe laquelle de ses propres notes, l'étudiant retrouve immédiatement le passage du cours correspondant. Tout bête, mais puissant.
sam. 9/12/06 11:06 | Registered CommenterPierre Vandeginste

You have very good site!
Solis ortu usque ad occasum

jeu. 18/06/09 10:38 | Unregistered Commentergammamrketua

PostPost a New Comment

Enter your information below to add a new comment.
Author Email (optional):
Author URL (optional):
Post:
 
Some HTML allowed: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>