« Art interactif | Main | Tout le web 2.0 sur une page »

Un ordinateur post-libéral ?

785186-502513-thumbnail.jpg
(fuse-project, Creative Commons)
Nicholas Negroponte a réussi à placer 1,2 million d’exemplaires de son portable à 100 $ en Libye. C’est le New York Times qui nous l’apprend. On ne sait pas si c’est ce qui manque le plus aux écoliers de ce pays, mais Mouammar Kadhafi a décidé qu’ils auront tous un ordinateur portable. Mieux, La Libye devrait, courant 2008, devenir le premier pays au monde dont tous les écoliers disposent d’un ordinateur.
Le très médiatique ex-patron du Media Lab (MIT) a donc enfin réussi à obtenir une commande ferme pour ce bébé qu’il porte à bouts de bras depuis deux ans. Le Brésil, l’Argentine, le Nigeria et la Thaïlande pourraient suivre. Et des discussions sont entamées avec bien d’autres nations.
Je ne sais toujours pas trop quoi penser de cette initiative. D’un côté, je me dis que l’on sait aussi imprimer des livres pour une fraction d’euro, qu’ils ne consomment pas d’électricité du tout et qu’ils durent plus longtemps qu’une batterie. De plus, je n’ai pas encore vu de démonstration éclatante des vertus pédagogiques de l’informatique, ni d’Internet, dans le secondaire. Bien sûr, l’avenir pourrait me démentir. Mais alors, pourquoi ne pas se préoccuper d’abord de logiciel, de contenu ?
D’un autre côté, cet OLPC (One Laptop Per Child) est très séduisant. Il exploite à fond l’état de l’art et les talents d’une jolie brochette de chercheurs. Il est spartiate, mais a toutes les qualités : économe, écolo, costaud, collectif (pour les initiés, il pratique le « mesh wifi »). Il est très beau et pas cher. L’OLPC a été conçu, et c’est une première, sans la moindre contrainte marketing. Enfin, il est très « open », reposant sur des standards ouverts, du logiciel « libre » et une architecture non-propriétaire.
Bref, cet objet ne porte le logo d’aucune multinationale, et ça fait plaisir. Il démontre que l’on peut, sans Wall Street, concevoir un excellent produit. Si je ne me retenais pas, j’irais jusqu’à dire que l’OLPC fait un peu penser à ce que pourrait être une marchandise post-libérale.

Posted on mer. 11 oct. 2006 by Registered CommenterPierre Vandeginste in | Comments2 Comments

PrintView Printer Friendly Version

EmailEmail Article to Friend

Reader Comments (2)

Je serais encore plus enthousiaste sur ce projet -sous réserve d'informations plus approfondies sur les expériences sur place.

Cela me paraît très bien conçu et adapté aux besoins réels des pays du Tiers-Monde (qui rassemble toujours la majeure partie de la planète, au moins Negroponte ne l'a pas perdu de vue). C'est même l'un des projets tech les plus réellement révolutionnaires (pour une fois, le mot ne me semble pas usurpé) de ces dernières années.

Evidemment, comme contre-argument, le livre tient la route. C'est un objet tech très simple et rodé depuis longtemps. Mais dans les pays du Tiers-monde, pour de nombreuses raisons, les livres sont rares, chers et peu accessibles. Le secteur du livre scolaire est sinistré après les coupes budgétaires FMI-Banque Mondiale "tout-libéral" des années 90.
En creux, cela pose la question du financement des portables à 100 dollars. Khadafi peut facilement se payer une bonne commande groupée. Ailleurs, ça dépend. Mais on peut imaginer des subventions des pays dév. et des ONG, fondations et autres (on voit bien Bill Gates se racheter comme çà une vertu avec sa fondation ;-))
Le problème du contenu accessible ? A ma connaissance, le programme est conçu en priorité pour l'enseignement primaire : donc manuels de lecture, calcul, etc. Pour le reste, c'est l'avantage de l'outil, c'est modulable à l'infini. Des pays comme la Thaïlande, Brésil, Argentine, Maghreb, ont toutes les compétences requises (ensuite il y a ou non les goulets d'étranglement bureaucratique).
En fait, un des principaux problèmes est celui de l'accès à l'électricité. A la campagne, dans les PMA (pays les moins avancés), il n'y en a pas. Le Cambodge, pays-test de Negroponte, en est un bon exemple.
Les réponses trouvées me paraissent pertinentes : autonomie de batterie de huit heures et surtout rechargement par "hand crank" (manivelle). L'huile de coude, la source d'énergie la plus répandue au monde, toujours disponible, renouvelable, pas chère et zéro-effet-de-serre...
Si l'école dispose d'un accès à l'électricité, c'est mieux quand même. Et d'un accès à internet, encore mieux.
En fait, les portables Negroponte me paraissent tellement bien pensés qu'il y a sans doute un marché pour eux dans les pays dév..Un peu comme avec la Logan de Renault. Pas pour jouer à CounterStrike ou Diablo II, mais qui sait.
Si on met les manuels scolaires en mémoire, c'est peut-être l'alternative aux cartables d'écoliers français de 12 kilos.
jeu. 12/10/06 16:43 | Unregistered CommenterRavello
@Ravello :
• Je ne suis pas tout à fait sûr que le sens de l'humour de Bill aille jusque là ;-)
• Tu as raison à propos de l'alimentation, ils ont sérieusement fait le tour de la question. Mais aux dernières nouvelles, ils auraient laissé tomber la manivelle intégrée pour des solutions "à l'huile de coude" externes. Dont un truc à pédale et un autre "à ficelle" (façon démarreur de tondeuse à gazon). Par ailleurs, j'ai entendu parler d'un panneau solaire + batterie. Plus généralement, le projet s'est étoffé avec le temps, et accessoires sont désormais au menu. Il y a par exemple un serveur.
ven. 13/10/06 00:12 | Registered CommenterPierre Vandeginste

PostPost a New Comment

Enter your information below to add a new comment.
Author Email (optional):
Author URL (optional):
Post:
 
Some HTML allowed: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>